NICOLAS MEDKOUR

La ren­con­tre avec Nico­las Med­kour fait suite a mon tra­vail à la gre­nouillère. Nous nous som­mes revus ensuite pour échan­ger sur nos tra­vaux res­pec­tifs. C’est ainsi qu’il m’a expli­qué ses choix, ses influen­ces et ses envies pour le menu du 12 décem­bre au « lundi de Ful­gu­rence » : des pro­duits du ter­roir, des sou­ve­nirs d’enfance et des her­bes… Her­bes pré­sen­tées par le maraî­cher Fre­dé­ric Blart sous forme de mot­tes sor­ties direc­te­ment de terre, qui ne sont pas sans rap­pe­ler l’olivier de Mau­ri­zio Catel­lan.

Si le ter­roir tient au cœur de Nico­las Med­kour, c’est plus dans sa dimen­sion de par­tage que dans celle du folk­lore. Des plats com­posé sim­ple­ment, sans fio­ri­tu­res, avec une pointe d’austérité, une aus­té­rité pro­tes­tante comme l’a qua­li­fié Andréa Pétrini ce 12 décem­bre. Pour ma part j’ai sug­géré a Nico­las d’approfondir cette direc­tion en désa­cra­li­sant l’assiette pseudo-contemporaine et en optant pour des assiet­tes blan­ches très sim­ples que l’on ponc­tue­rait par des assiet­tes de récu­pé­ra­tion dépa­reillées, entas­sées à Emmaüs, mais sans pour autant tom­ber dans le coté made­leine de Proust, trop récur­rent.

Pour le menu nous som­mes arri­vés à la conclu­sion qu’il était pré­fé­ra­ble d’écrire à la main une liste de cour­ses sur un embal­lage, comme on le ferait chez soit pour pré­pa­rer un repas entre amis.

PLUS D’INFOS…

Hor­mis la photo ci-dessous, les pho­tos de ce repas sont de Thai Tou­tain.

nicolas, medkour, paris, jean-françois, piège, grand, restaurant,  toumieux, grenouillère, fulgurance, second, chef, somme, baie, nicolas, medkour, paris, jean-françois, piège, grand, restaurant, toumieux, grenouillère, fulgurance, second, chef, somme, baie,

nicolas, medkour, paris, jean-françois, piège, grand, restaurant, toumieux, grenouillère, fulgurance, second, chef, somme, baie, nicolas, medkour, paris, jean-françois, piège, grand, restaurant,  toumieux, grenouillère, fulgurance, second, chef, somme, baie,